Raymond Gurême, un chemin de mémoire et de résistance

Le propos de cette exposition est double : rendre hommage à Raymond Gurême et « continuer la route » qu’il a tracée. Le chemin de mémoire c’est celui qu’il a engagé tout au long de ces années pour sortir de l’oubli sa propre histoire, celle de sa famille et de tous ceux qui n’ont pas pu parler ou que l’on n’a pas écoutés, plus de 6500 « Tsiganes », « nomades », « Gens du Voyage », internés arbitrairement dans les camps d’internement en France pendant la Seconde Guerre mondiale. Le chemin de résistance est celui de son combat pendant la guerre et de son engagement contre toutes les injustices, tout au long de sa vie.

L’exposition retrace l’histoire personnelle et familiale de Raymond Gurême dans le contexte de l’histoire globale des « Gens du Voyage » au XXe siècle. En s’appuyant sur le récit de vie emblématique de Raymond, cette histoire relatée par Evelyne Pommerat s’incarne et devient accessible au public le plus large à qui est destiné cette exposition, notamment les plus jeunes.

Raymond Gurême est né le 11 août 1925 à Meigneux (Seine-et-Marne) et mort le 24 mai 2020 à Arpajon. Il est issu d’une famille manouche itinérante et forain, qui tenait également un cinéma ambulant. C’est à l’âge de 15 ans que Raymond fût arrêté avec sa famille à Petit-Couronne près de Rouen le 4 octobre 1940, pour être conduit au camp pour nomades de Darnétal. Le jeune Raymond parviendra à s’échapper après plusieurs tentatives, mais reviendra à plusieurs reprises au camp apporter de la nourriture aux siens. Après un passage dans un camp de travail en Allemagne, Raymond Gurême entrera dans la résistance. Il ne retrouvera sa famille en Belgique que des années plus tard après la guerre.

Il était alors en 2020, l’un des derniers survivants de l’internement des « Nomades » en France de 1940 à 1946.

DU MERCREDI 17 NOVEMBRE AU VENDREDI  DECEMBRE
>HALL MAISON DE L’HABITAT
129 avenue de la République 63100 Clermont-Ferrand

Retour haut de page